Considérée comme l’une des destinations culturelles du Maroc, Rabat dispose de plusieurs endroits a visiter:

La tour Hassan

La tour Hassan est le minaret d’une mosquée incomplète à Rabat. Commandée parle troisième calife du califat almohade Abu Yusuf Yaqub al-Mansur en 1195, la tour devait être le plus grand minaret au monde. À sa mort d’Al-Mansur en 1199, les travaux de construction de la mosquée s’arrêtèrent. La tour a atteint 44 m, environ la moitié de la hauteur prévue de 86 m. Le reste de la mosquée a également été laissé incomplet, avec seulement les débuts de plusieurs murs et la construction de 348 colonnes. La tour, faite de grès rouge, avec les vestiges de la mosquée et le mausolée moderne de Mohammed V, forme un important complexe historique et touristique à Rabat.

Le Mausolée de Mohammed V

Le tombeau royal roi Mohammed V (Mohammed ben Youssef) et ses fils. situé l’esplanade de la mosquée Hassan édifiée par les almohades. Le mausolée abrite les tombes du roi Mohammed V.
Conçu par un architecte vietnamien de renommée, et édifié en 1971, le mausolée a nécessite 10 ans de collaborations entre 400 artisans marocains, afin d’avoir son caractère arabo-andalou avec une touche artisanale marocaine.
Depuis 2012, il fait partie du patrimoine mondial de l’Unesco.

Palais Royal

Bien que les rois disposassent de nombreuses résidences, lorsque l’indépendance fut proclamée en 1955, ils choisirent de conserver le palais Dâr-al-Makhzen en tant que palais principal du monarque.

Certains monarques, en particulier Mohammed V, préféraient le palais plus petit et relativement isolé de Dar es-Salaam, plus éloigné du centre-ville, maintenant le Dâr-al-Makhzen comme résidence officielle et administrative.

Le Chellah

Appellee aussi shalla est une nécropole musulmane de l‘époque médiévale située du côté sud du Bou Regreg. Elle servait de marche pour les Phéniciens ; plus tard le site s’est ajoute aux colonies romaines.

Abandonnée par les Almohades et reconstruite par les Marinides au 13ème siècle. Ces derniers firent de Chellah une sainte nécropole royale pour leurs tombeaux royaux. Les ruines de leur forteresse médiévale sont encore existantes.

Kasbah des Oudaias

Comme c’est le plus ancien édifice de la Kasbah (Datant du 10ème siècle), la mosquée a été restaurée au 18ème siècle avec les fonds d’un pirate anglais connu sous le nom de Ahmed el Insili. L’édifice lui-même a été construit au 12ème siècle sous le règne du califat almohade (1121-1269) quand les Almohades ont capturé Rabat et détruit la kasbah de la dynastie almoravide de la ville, ils ont commencé à la reconstruire en 1150 et ont apporté des changements importants à la région de Rabat, notamment en transformant Chellah en une nécropole royale. À la Kasbah, ils ont ajouté un palais et une mosquée et l’ont nommée al-Mahdiyya, en l’honneur de leur ancêtre al-Mahdi Ibn Tumart. Après la mort de Yaqub al-Mansur 1199, la kasbah était déserte. Rabat (avec la Kasbah incluse) a reçu le statut de patrimoine mondial en 2012.

Medina of Rabat

Contrairement à l’atmosphère plutôt agréable de Casablanca, Les bâtiments et les maisons de la capitale sont peints en blanc et entourés de beaux jardins. Rabat a un certain nombre de larges boulevards et regorge de sites et de monuments historiques intéressants. Certains de ces sites remontent au 12ème siècle et valent vraiment le détour. Située dans la partie la plus ancienne de la ville et accessible par la rue Souika, c’est l’une des attractions à ne pas manquer à Rabat.

Mohammed VI est un musée d’art moderne et contemporain

Inauguré en 2014, le musée Mohammed VI est un musée d’art moderne et contemporain situé à Rabat. Il est l’un des quatorze musées de la Fondation nationale des musées du Maroc. Il propose des œuvres d’art marocain et international modernes et contemporains. Le MMVI est le premier musée à de taille international construit au Maroc après son indépendance en 1956. Il est le premier musée public marocain à suivre les normes internationales en matière de muséographie. Où le musée a abrité les œuvres d’une centaines artistes marocains ainsi que les chefs d’œuvre de maitre tel que celles de Pablo Picasso.
Musée Mohammed VI d’Art Moderne et Contemporain

Bab Lamrissa

La porte était une construction après que la dynastie des Marinides eut recouvré le contrôle de la ville de Salé du royaume de Castille pendant la bataille de Salé ils ont créé un trou dans le mur ouest de la ville afin de avoir l’accès à la place de la ville. Plus tard, un chantier naval a été créé pour placer les navires de guerre et l’entrée a été établie sous le nom de Bab el-Mrissa. Selon le récit d’Al-Nasiri, la porte existait sur le port protégé de la ville, qui était utilisé par les Marinides comme chantier naval. Le port relie la ville à Bou Regreg par un canal et les navires entrent dans le port par le canal en passant par la voûte de la porte.

La porte est également connue comme un endroit où le sultan Abu Yusuf Yaqub a envoyé sa flotte navale attaquer plusieurs fois la ville d’Algésiras en 1285, à laquelle se sont joints environ 36 navires de guerre. Le nom « Mrissa » signifie boueux, parce que Bou Regreg et son canal contenaient beaucoup de sable des terres environnantes et que les navires apportaient une eau boueuse qui se disséminait devant la porte lors de l’accostage. Aujourd’hui, la scène n’est plus observable car le canal s’est épuisé après la construction de routes reliant Rabat à Salé, ce qui constituerait une solution pour atténuer la distance relativement longue et les inconvénients du canal.

Le concepteur de la porte est Muhammad bin Ali al-Ashbili, un architecte andalou bien connu. La voûte prend la forme d’un fer à cheval. Le sommet atteint une hauteur de 9,60 mètres et une largeur de 3,50 mètres. À l’intérieur de la porte, des passages sont aménagés pour que les soldats gardent la porte.